SEO

Algorithme Google: les facteurs qui comptent réellement

algorithme GoogleLe degré de complexité de l’algorithme de Google est sous-estimé. La période où il suffisait d’agir sur quelques facteurs pour obtenir des résultats est bien révolue. Le SEO, aujourd’hui, doit être approché de façon holistique. J’ai fait un tri dans la grande variété des facteurs qui jouent, actuellement, un rôle.

Travailler dans le référencement consiste, pour une bonne part du job, à découvrir les facteurs qui influent sur vos positions dans les pages de résultats de Google (aussi appelés SERPs). On dit bien « découvrir » car, à l’instar de Coca-cola, Google se garde bien de divulguer la « recette magique » qui fait le succès de son algorithme (questions de protection de secrets industriels et de lutte anti-fraude). Ce travail par tâtonnements amène nécessairement son lot de conceptions erronées; qu’elles proviennent de croyances dépassées ou fausses.

Savez-vous, par exemple, que Google ne se limite plus au contenu ou à la popularité du site, mais qu’il prend en compte d’autres types de signaux comme ceux provenant des réseaux sociaux ou ceux liés au comportement des utilisateurs, ou encore, le niveau de confiance que votre site affiche?

Autrement dit, en 2015, vous n’arriverez pas à améliorer votre référencement en ne travaillant que sur une petite quantité de facteurs.

Pourtant, combien de fois n’entend-t-on pas encore dire que pour obtenir des bonnes positions, il suffit, par exemple, de mettre des mots-clefs dans des tags ou de placer un grand nombre de backlinks sur d’autres sites.
De surcroît, ces facteurs évoluent rapidement. Selon le site Moz, Google modifie sont algorithme de 500 à 600 fois par an. Les mises à jour majeures sont, toutefois, plus rares. Ils portent des noms connus tels que Hummingbird, Panda, Penguin, Caffeine.

« À l’instar de Coca-cola, Google se garde bien de divulguer la « recette magique » qui fait le succès de son algorithme. »

Pour une bonne part, les facteurs qui sont identifiés comme jouant, formellement, un rôle proviennent d’expérimentations ou d’enquêtes menées par des sociétés du référencement (parmi les plus connues, on compte : Moz, Search metrics, SearchEngineLand), ou simplement, de la pratique quotidienne d’experts dans le domaine.

Cette liste est, donc, loin d’être une liste valable scientifiquement, au sens strict. Elle est encore moins une liste officielle publiée par Google. Malgré tout, elle permet :
1/ de mieux appréhender la complexité du fonctionnement des moteurs de recherche. Une bonne compréhension du fonctionnement des moteurs de recherche est un préalable essentiel à tout travail de référencement.
2/ d’adopter une approche holistique, multifactorielle du SEO.

Le référencement en 2015 consiste, donc, plus en une activité de veille permanente de l’actualité des moteurs de recherche, de travail d’optimisation d’une variété de facteurs qu’en un travail de copywriter ou de linkbuilder.
Saviez-vous, par exemple, que Google peut indexer une page sur un mot-clef donné sans que ce dernier ne soit nécessairement présent dans le contenu? Il suffit que Google ait repéré suffisamment de signaux externes pertinents.

Les facteurs déterminants (check-list)

Ils sont, généralement, rangés dans les cinq domaines d’optimisation suivant :

  • Contenu: du contenu de haute qualité, pertinent dont le sujet est clairement identifiable (mots-clefs clairement inclus, contexte cohérent) et présentant un nombre de mots élevé obtient, généralement, de meilleures positions.
    – En particulier, est-ce que le contenu répond affirmativement aux questions suivantes (par ordre d’importance):
    – Les pages sont bien écrites et propose du contenu unique et de qualité?
    – Les mots-clefs utilisés sont recherchés par les utilisateurs des moteurs de recherche?
    – Les mots-clefs sont présents dans les endroits clefs (title tag, H1, body)?
    – Le contenu est fréquemment mis à jour et il fait référence à des questions d’actualités?
    – Est-ce que suffisamment de liens internes sont faits entre les pages du site (surtout de la page d’accueil vers les pages clefs)?
    – D’autres médias comme la vidéo sont-ils présents sur la page?

« Une bonne compréhension des moteurs de recherche est un préalable essentiel. »

  • Technologie et architecture: une infrastructure de site bien optimisée du point de vue technique contribue à un meilleur ranking.
    En particulier, est-ce que l’infrastructure répond affirmativement aux questions suivantes:
    – L’architecture de votre site est-elle organisée avec des répertoires aux thématiques clairement identifiables?
    – Est-ce que des metatags (meta title, meta description, etc.) sont bien présents?
    – Les robots de Google peuvent bien « crawler » les pages du site?
    – Est-ce que les pages mettent peu de temps à se télécharger?
    – L’infrastructure permet-elle de gérer les contenus dupliqués efficacement?
    – Est-ce que les URLs sont courtes et comprennent le/les mots-clefs de la page?
    – Est-ce que le site est compatible avec les terminaux mobiles?
  • Backlinks: La quantité et la qualité des backlinks reste cruciale.
    En particulier, est-ce que les backlinks répondent affirmativement aux questions suivantes:
    – Proviennent-ils de sites de confiance et de qualité?
    – Est-ce qu’ils pointent vers des pages-clefs au point de vue SEO?
    – Les liens contiennent le mot-clef de la page de destination?
    – Y’en a-t-il une grande quantité provenant de sites différents (au point de vue adresse IP et nom de domaine)?
    – Ont-ils été achetés ou proviennent-ils de sites frauduleux?

« Travailler sur une petite quantité de paramètres n’amène pas de résultats probants. »

  • Signaux sociaux: il existe une corrélation entre les mentions qui sont faites de votre site dans les réseaux sociaux et une amélioration des positions.
    En particulier, est-ce que les signaux sociaux répondent affirmativement aux questions suivantes:
    – Est-ce que les “likes”, “shares”, “tweets”, commentaires etc. donnent l’impression que votre site est un site de référence?
    – Est-ce que les mentions proviennent de sources qui font autorité dans leur domaine respectif?
    – Est-ce que vos contenus sont beaucoup partagés dans les réseaux sociaux?
    – Est-ce que les votes et évaluations faites quant à la qualité de vos produits ou services sont globalement positives?
  • Signaux des utilisateurs: Moins connus, les signaux provenant de l’interaction des utilisateurs avec votre site sont, également, pris en compte et peuvent jouer un rôle dans l’amélioration des positions.
    En particulier, est-ce que les signaux sociaux répondent affirmativement aux questions suivantes:
    – Le click-through rate (ratio clicks/impressions) de vos pages dans les résultats organiques est élevé?
    – Est-ce que vos contenus sont lus ou consultés (metrics utilisés: bounce rate, temps passé sur la page)?
    – Est-ce que vos visiteurs reviennent vers votre site après l’avoir visité une première fois?

Cette liste n’est pas exhaustive mais elle permet de bien baliser le travail de référencement en priorisant et diversifiant les champs d’action.

Publicités
Par défaut